Semardel : dix ans de success story

N°65 - NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2022


Linkedin


Twitter


Youtube

Un site franco-français success story!


Depuis plus de dix ans, le premier fabricant français de machines de tri optique, Pellenc ST, travaille en étroite collaboration avec Semardel et ses sociétés d'exploitation Semaval et Serivel. Près de 30 machines de tri optique équipent aujourd'hui les installations de traitement des DEEE et de collecte sélective de l'Ecosite de Vert-le Grand / Écharcon. Retour sur un projet franco-français success story.

Géré par Semardel, l'Ecosite de Vert-le-Grand / Écharcon (150 ha), dans l'Essonne, concentre toutes les filières de valorisation des déchets (installation de stockage, plateforme biomasse, UVE, tri BTP, tri DAE et encombrants, tri collecte sélective...). Avec 1,4 Mt de déchets collectés en 2021, dont 194500 tonnes valorisées en matériaux et 449000 MWh en non recyclables, "la meilleure part de chaque tonne de déchets qui entre ici est valorisée au maximum de son potentiel", résume Eddy Dumont, directeur général de Serivel et Semaval, les entités exploitant le centre de tri des collectes sélectives et le centre de tri des DAE. "Dans cette optique, chacune de nos installations de traitement est conçue et régulièrement modernisée pour répondre aux évolutions réglementaires et techniques.

Nous améliorons constamment nos différents processus pour les maintenir à la pointe de la technologie. C'est dans ce contexte que Pellenc ST, leader français du tri optique, travaille depuis plus de dix ans en partenariat avec les deux principaux centres de tri de l'Ecosite : Semaval et Serivel. "Lorsque nous parlons de partenariat, nous ne parlons pas seulement de partenariat, car avec un total cumulé de 28 machines de tri Pellenc ST , ces installations représentent notre plus grand parc de machines en France. Et nous ne parlons pas seulement des équipements utilisés, mais aussi d'une collaboration pour développer et valider techniquement de nouvelles technologies", souligne Marc Minassian, Directeur Commercial France de Pellenc ST .

Huit machines au Semaval

Une synergie qui a débuté en 2012 lorsque, suite à l'incendie du centre de tri des déchets commerciaux exploité par Semaval, cette dernière a dû reconstruire l'installation. Contrairement au choix fait pour l'usine d'origine, tout en conservant un process identique pour une capacité de 200 000t/an, l'exploitant a opté pour la technologie Pellenc ST . "C'est ainsi que les sept premières machines de tri optique Mistral ont été intégrées à la ligne de tri pour une valorisation matière des WAS et une capacité de production de 50 000t/an de CSR à partir des refus de tri", explique Manuel Cristino, directeur des opérations de Semaval.

Deux ans plus tard, en 2014, alors que les phases de développement et de prototypage de la nouvelle machine de tri Mistral+ avaient été finalisées à son siège de Pertuis, Pellenc ST, à la recherche de partenaires industriels prêts à tester la robustesse, la stabilité, la fiabilité et les nouvelles fonctionnalités de maintenance de sa machine, s'est rapproché de Semaval. "Cette collaboration implique une grande confiance entre les deux partenaires, avec une certaine prise de risque de la part de l'opérateur, puisque c'est lui qui teste la machine en conditions industrielles sur le site, avec ses propres impératifs de production", reconnaît Marc Minassian. Néanmoins, Semardel et Semaval ont joué le jeu et ont intégré la première Mistral+ dans leur processus de triage WAS.

Après une période de validation, au cours de laquelle le fabricant a accompagné l'opérateur par des visites régulières et progressivement espacées, la Mistral+ a atteint son plein potentiel. "Aujourd'hui, cette huitième machine est utilisée pour séparer le bois A, le bois B et surtout le MDF. Ses performances nous positionnent très favorablement vis-à-vis d'Ecomobilier sur tout le sud de l'Ile-de-France", se réjouit Eddy Dumont.

 

Installation "pilote

Toujours en 2014, et toujours dans un esprit d'innovation, Pellenc ST travaillait avec Ecofolio (l'éco-organisme en charge du recyclage des papiers à l'époque) sur la valorisation des papiers de bureau. " Là encore, nous cherchions un partenaire industriel prêt à tester et valider notre technologie. Nous nous sommes rapprochés de Semariv (aujourd'hui Serivel), qui exploite le centre de tri des collectes sélectives de Vert-le-Grand. Ils ont eux aussi joué le jeu et nous ont permis d'ajouter deux machines à la ligne de tri des corps plats. L'une sépare le papier du carton, l'autre récupère le papier de bureau de JRM", explique Marc Minassian. Ce projet a reçu le prix coup de chapeau Ecofolio au Salon des Maires 2014."

 

Forts de ces expériences positives, Pellenc ST et Semardel ont poursuivi leur partenariat en 2016, à l'occasion de la première phase d'adaptation du système de gestion sélective.

 

Le centre de tri de la collection a été adapté à l'extension des consignes de tri (ECT). Sélectionné à l'issue d'un appel d'offres, le constructeur français a substitué trois de ses machines Mistral+ à celles de son principal concurrent, qui équipait le centre de tri d'origine avec six machines.

 

"Compte tenu de l'environnement contraint inhérent aux projets de modernisation, nous avons décidé de remplacer l'une de nos machines par une Mistral COMPACT. Cette machine était parfaitement adaptée à la situation : équipée de modules facilement intégrables, elle était spécialement conçue pour les projets de rénovation où l'espace est restreint et l'intégration difficile", souligne Marc Minassian.

 

Connectivité accrue

Smart&Share collecte et analyse en temps réel les données de fonctionnement des machines et la composition des flux.

En 2018, Serivel a renouvelé sa confiance à Pellenc ST pour la construction de CS2, une nouvelle ligne de tri pour la collecte sélective, dotée des derniers standards d'ergonomie et de modernité. Pour ce projet, Serivel et Neos ont confié à Pellenc ST la fourniture de douze machines de tri optique Mistral+. Enfin, à l'été 2022, la seconde phase d'adaptation de la ligne CS1 à l'ECT sera achevée, les trois dernières machines concurrentes étant remplacées par des machines Mistral+ CONNECT sur Pellenc ST . " Avec une capacité de tri de 90000 t/an de collecte sélective répartie sur deux lignes (35000t/an pour la CS1, 55000t/an pour la CS2).

Serivel dispose d'une des plus grosses unités de France, capable de répondre aux exigences les plus élevées en termes de qualité des flux de matières triées. Par exemple, le tri des plastiques par résine nous permet de produire un mélange de PE-PP-PS, de PET clair, de PET foncé et du "flux de développement" de Citeo", précise Eddy Dumont.

Pour sa part, Marc Minassian note que Pellenc ST est désormais le seul fournisseur de Semardel en matière de technologie de tri optique. "C'est la reconnaissance de la fiabilité de notre offre. Grâce au retour d'expérience de ces utilisateurs, nous avons également pu upgrade nos machines, notamment en termes d'accessibilité et de facilité de maintenance", ajoute-t-il. Loin d'être en terrain conquis, le fabricant est néanmoins régulièrement mis au défi, tant en termes de disponibilité des machines que de pureté des matériaux triés.

Contrats de service

Pour suivre l'évolution des flux ECT et des exigences des clients, l'opérateur doit être agile dans la configuration des trieurs optiques et disposer de machines évolutives. C'est exactement ce qu'offre le Smart&Share, disponible sur les douze machines de la gamme CS2", souligne Laurent Gouveia, Responsable Méthodes de Tri chez Serivel.

Le Smart&Share collecte et analyse en temps réel les données de fonctionnement des machines et la composition des flux, afin d'en tirer des indicateurs de performance personnalisés et des alertes de production ou de maintenance. Pour nous, c'est devenu un outil quotidien qui nous aide à améliorer nos opérations.

Par ailleurs, chacune des entités (Semaval et Serivel) dispose d'un contrat de service pour son propre parc de machines, aux termes duquel Pellenc ST s'engage à assurer le suivi et l'entretien du matériel, ainsi que la mise à jour régulière du logiciel upgrade . "Les machines ont été rétrofitées", explique Eddy Dumont. "En effet, le respect des différentes recettes RSE que nous produisons repose essentiellement sur les trieurs optiques Pellenc ST , dont les réglages sont programmés en fonction des qualités RSE exigées par nos clients", conclut Manuel Cristino.

Merci à Hubert de Yrigoyen, rédacteur en chef de Recyclage et Récupération, pour cet article.

Pour plus d'informations, contactez-nous !